AREA est une association volontaire enregistré en Afrique du Sud. Fondé en Éthiopie en octobre 2009 par le Conseil pour l’avenir du monde, ce réseau, porté par ses membres, environ de 2.000 adhérents dans 95 pays. Les membres d’AREA partagent des informations, savoir et expériences à travers une plate-forme web et des audioconférences mensuelles, se rencontrent à l’occasion de conférences et d’ateliers internationaux et exposent leur positions lors de conventions et forums thématiques.

Pourquoi avons-nous besoin d’AREA maintenant ?

Pour créer un environnement favorisant les EnR, il faut des concepts sociopolitiques intégrés. Des structures cadres ayant fait leurs preuves dans d’autres pays du Sud doivent être adaptées et implémentées en Afrique. Toutefois, les informations concernant ces stratégies sont rarement divulguées à travers le continent. C’est pourquoi le Conseil pour l’Avenir du Monde a créé l’Alliance Africaine des Energies Renouvelables (AREA) : une plate-forme réunissant décideurs politiques, acteurs économiques et représentants de la société civile pour échanger des informations et des idées sur les mécanismes politiques, technologiques et financiers permettant de déployer les systèmes d’énergies renouvelables en Afrique. AREA jouera un rôle catalyseur dans la promotion du transfert technologique et de la coopération internationale.

Quels sont les politiques ou projets sur lesquels AREA travaille actuellement ?

AREA est en train de répertorier et d’identifier les meilleures stratégies dans le domaine des énergies renouvelables. Dans une première déclaration commune, nous avons formulé le fondement de notre coopération (Opens external link in new windowcahier des charges de 10 points) dont les quatre principaux points sont :

  • Une bonne gouvernance et la transparence du processus de prise de décision et des flux financiers sont les clés pour attirer les investisseurs locaux et étrangers
  • Il faut pratiquer l’information et la sensibilisation sur les sujets environnementaux et énergétiques, avec leurs défis, solutions, technologies disponibles et mécanismes financiers,à tous les niveaux de la société, car ce sont les prérequis pour la réussite de l’implémentation de stratégies énergétiques renouvelables.
  • Afin de favoriser l’emploi localement, les solutions d’énergie renouvelable doivent être liées au développement des économies locales, sur la base d’une approche orientée marché. L’Alliance s’assure de la durabilité dans l’adaptation des techniques d’énergies renouvelables en soutenant le développement des compétences panafricaines, régionales, nationales et locales.
  • Le financement des énergies renouvelables dans les pays en voie de développement nécessite la sécurité des investissements. Pour l’obtenir, AREA explore les mécanismes de financement internationaux, nationaux et locaux des énergies renouvelables.

 

Voir aussi nos Objectifs et Activités

Quels pays africains sont les plus prêts pour des projets d’énergies renouvelables ?

Tous le sont! Le potentiel en énergies renouvelables est énorme dans toute l’Afrique. Ce qu’il faut, c’est la volonté politique pour appliquer les stratégies nécessaires et ainsi outrepasser la production d’énergies fossiles. Les pays qui occupent une bonne place dans l’indice Ibrahim de la gouvernance africaine (État de droit, transparence et corruption, sécurité, démocratie et droits humains, développement économique durable, développement humain) sont très probablement prêts pour des projets d’énergies renouvelables.

Quel type d’énergie renouvelable est le mieux adapté à ces pays ?

On peut s’attendre à ce que l’énergie solaire devienne la principale source d’énergie de l’Afrique. L’un de ses principaux avantages réside dans la possibilité de la produire de manière décentralisée, sur le lieu de consommation, avec un impact environnemental minimal. Il n’est donc pas nécessaire d’investir massivement dans des réseaux couvrant tout le territoire national.